Beauté inaccessible - 23-  (Beauté inaccessible) posté le mardi 16 avril 2013 23:23

 

« Je suis amoureux de toi Noah. Totalement et désespérément amoureux de toi. Et je crois que je t'aimerais toute ma vie... »

 

C'était machinalement que j'étais retourné travailler. Je n'avais pas dit un mot depuis que j'avais appris cette nouvelle. Mais de toute façon, que pouvais-je bien dire ? Mon cœur me faisait mal. Comment avais-tu pu me cacher ça Noah. Tu allais mourir. Tu allais me quitter et cette fois pour de bon. Pourquoi Noah ? Pourquoi ?

 

J'avais été aveugle. Tu m'avais pourtant mis en garde, à ta manière. Tu ne voulais pas t'attacher et je t'avais obligé à m'aimer. Qu'allais-je devenir sans toi maintenant ?

 

- Tu vas bien Owen ?

 

Je relevais la tête en entendant la voix de Henri et c'est à ce moment là que je me rendis compte que je pleurais.

 

- Ça va … M'exclamais-je en essuyant immédiatement mes larmes

- Owen... Murmura Henri en posant son bras sur mon épaule.

- J'ai besoin de prendre l'air deux minutes.

 

Et sans plus attendre je sortis de la cuisine. Je tremblais. De peur, de rage, de douleur. L'homme que j'aimais allait mourir et je me sentais totalement impuissant. Henri ne tarda pas à arriver, posant sur moi un regard triste que je n'aimais pas.

 

- S'il te plaît, laisse-moi seul... Dis-je retenant un nouveau sanglot.

- Si tu m'avais écouté à chaque fois que t'avais dis ça, je crois qu'on ne serait plus ami. Répondit-il en haussant les épaules.

 

Je ne pu alors me retenir et éclatais, sentant mes jambes se dérober sous moi. Henri me rattrapa juste à temps et m'aida à m’asseoir sur le muret en pierre qui encerclait le restaurant. Là il posa sa main sur mon dos avant de me prendre entre ses bras, me laissant libre de pleurer sur son épaule. J'avais tellement mal Noah. Je ne pouvais pas voir ma vie sans toi...

 

- Qu'est-ce qui se passe Owen... Murmura Henri, après un temps.

 

Je ne sais pas vraiment ce qui m'a poussé à lui parler. Sa présence. Son soutien. Son ton rassurant. J'étais effrayé et Henri était là. Alors je lui ai tout dit. Tout dans les moindres détails. Et à chaque paroles, à chaque mots que je prononçais, ses yeux s'ouvraient un peu plus sous la surprise. Tu nous avais berné. Tu allais mal et pourtant tu avais joué parfaitement la comédie. Pourquoi ? Tu allais mourir. Plus rien n'aurait dû t'importer.

 

Le temps passait et nous étions toujours dehors. Il commençait à faire froid mais je ne m'en préoccupais pas. J'étais comme coupé du monde, tentant d'avaler cette nouvelle qui briserait à jamais mon univers. Mathis et toi aviez fait en sorte de m'ouvrir les yeux mais je n'avais pas voulu regarder. Mais tout aurait été plus simple si j'avais su dès le début. Peut-être qu'on ne se serait pas mis ensemble. Ou peut-être que si, que j'aurais quand même décidé de surmonter ça avec toi Noah.

 

- Tu devrais rentrer, et discuter avec lui... Fit Henri au bout d'une heure.

- Et lui dire quoi ? Demandais-je en haussant les épaules.

- Que tu sais tout... Et que tu es là pour lui...

- Je ne sais même pas si je peux gérer ça...

 

Henri me prit à nouveau dans ses bras et m'ordonna de le suivre. Là, il me fit entrer dans sa voiture et après avoir donné ses instructions à l'équipe, il me raccompagna. Aucun de nous ne parlait dans la voiture et je sentais mon angoisse augmenter au fur et à mesure que je me rapprochais de chez nous. Mais Henri avait raison. Je devais te voir. Te parler.

 

- Il est rentré... Soufflais-je en voyant les lumières du salon allumées.

- J'aimerais tellement t'aider... Me dit Henri en posant sa main sur mon épaule.

- Je sais... J'aimerais aussi.

 

Et dans un sourire triste je sortis de la voiture. Le cœur meurtri, j'entais dans la maison et enlevais ma veste. Le bruit de la télévision me fit aller dans le salon, et je te trouvais là, une cigarette à la main et la télécommande dans l'autre, zappant sur les différentes chaînes.

 

- Tu rentres tôt... Dis-tu, sans même me regarder.

- Oui... Répondis-je incapable de bouger, Henri m'a donné ma journée.

- Tu ne te sens pas bien ?

- Non c'est toi.

 

J'avais soufflé ses mots et je tentais de retenir ces larmes qui me brouillaient la vue. A l'entente de ses mots tu te figeais et ton regard se posa sur moi. Tu ne dis rien pendant quelques secondes, te rendant compte de l'état dans lequel j'étais.

 

- Je vais bien. Lâchas-tu, en reposant ton regard sur la télévision.

 

Alors, une colère sourde effaça ce sentiment de tristesse qui m'avait submergé toute la journée. Comment pouvais-tu faire comme si de rien n'était ? Comment pouvais-tu me mentir ainsi ? Rageusement j'allais devant le téléviseur et le débranchais mais cela ne sembla pas te perturber.

 

- Pourquoi Noah, m'écriais-je en serrant les poings, pourquoi est-ce que tu ne m'as rien dit ?

- Parce qu'il n'y a rien à dire. Répondis-tu étonnement calme.

- Rien à dire ? Tu vas mourir !

 

J'avais crié cette dernière phrase et la barrière invisible qui tentait de contenir me larmes éclata en milles morceaux. Ce fut à cet instant seulement que tu eus une véritable réaction. De l'indifférence, tu passas à la surprise. Mais bien vite tu repris une certaine contenance. Tu rallumas ta cigarette et te levas, t'éloignant un peu plus de moi.

 

- C'est quelque chose qui me regarde... Finis-tu par dire, dos à moi.

- Tu m'as fait tomber amoureux de toi... Soufflais-je ne m'occupant plus des larmes qui coulaient sur mes joues. Tu m'as fait t'aimer éperdument, tu m'as fait vivre avec toi... Et ça ne me regarde pas ? Je t'aime et tu vas mourir...Et je n'ai pas le droit de savoir ?

 

Tu ne me répondis pas, restant toujours dos à moi. J'avais mal, atrocement mal et tu ne m'aidais pas à aller mieux. Toujours en colère, je franchis les quelques pas qui nous séparaient et me plantais devant toi. Mais tu t'évertuais à ne pas vouloir croiser mon regard.

 

- Comment peux-tu rester aussi impassible... Murmurais-je, le cœur en lambeau.

- Qu'est-ce que tu crois... Que je ne ressens rien ? Que je n'ai pas mal moi aussi ? T'écrias-tu, apparemment en colère.

 

Tu t'éloignas à nouveau de moi mais je compris que cette fois c'était pour évacuer ta colère.

 

- Je n'ai pas voulu de tout ça ! Je n'ai pas voulu de toi ! Crias-tu le regard noir. Mais j'ai été attiré par toi et pour la première fois de ma vie je n'ai pas voulu être seul.

- Tu aurais du me le dire...

- Et quand ? Quand tu as rompu avec Mathis pour moi ? Quand tu t'es fait tabassé ? Quand Owen ?

- Tu aurais du !

- Je ne voulais pas de toi. Je ne voulais pas de tout ça, lâchas-tu en montrant la maison. Je ne voulais pas que tu tiennes à moi, et je ne voulais surtout pas tenir à toi Owen !

 

Mon cœur fit un bond dans ma poitrine à ce moment là, car c'est là première fois que je t'entendais le dire. Mais ce n'était pas la déclaration romantique à laquelle je m'attendais. Ce n'était pas le « Je t'aime » que j'avais tant espéré.

 

- Mais tu n'as pas arrêté de t'accrocher à moi... Repris-tu sur le même ton. J'avais accepté de mourir... Je l'avais accepté, tout ce que je voulais s'était m'envoyer en l'air et profiter de la vie... Pourquoi est-ce qu'il a fallu que tu me rendes comme ça !

 

Cette dernière phrase avait été criée et tu attrapas un vase que tu envoyas valser à l'autre bout de la pièce. Le vase se brisa en milles morceaux... Comme les rêves que je faisais à propos de nous.

 

- Ce n'est pas de ma faute... Murmurais-je le cœur en miette.

- Alors c'est la faute à qui ? Demanda-t-il le regard mauvais.

- À toi. Je ne t'ai rien demandé. Ma vie à moi aussi me convenait parfaitement. J'étais bien, j'étais heureux et tu es arrivé et tu as tout changé en moi. Tu as voulu que je t'aime... Toutes... Toutes les étapes de notre relation, c'est toi qui les a voulu pas moi... Tu m'as obligé à t'aimer sans me laisser aucune échappatoire possible.

- Alors pars !

 

Je me figeais à la seconde alors que tu avais lâché ces deux mots. Comment pouvais-tu me dire ça ? Comment pourrais-je le vouloir ? J'étais en colère contre toi. Pour ce que tu m'avais fais, pour tout ce que tu me disais... Mais cette colère disparu alors que mon regard croisa à nouveau le tien. Tu pleurais.

 

- Noah... Soufflais-je, surpris.

- J'étais bien... Répétas-tu, totalement dans tes pensées, j'avais tout accepté... Et maintenant... Maintenant je n'y arrive plus... Je ne l'accepte plus... Et je ne voulais pas que tu me vois comme ça...

- Je l'aurais bien appris un jour...

- Je comptais partir.

 

Mon cœur se serra à cette idée.

 

- Je comptais m'en aller, te quitter, faire en sorte que tu me détestes... Quand je t'ai trompé, j'ai cru que c'était bon, que tu ne m'aimais plus mais je n'arrêtais pas de penser à toi et j'ai cédé et...

 

Je ne pu te laisser continuer. J'étais incapable de t'écouter. Je ne voulais plus. Alors, laissant libre court à mon envie, je me jetais dans tes bras. Mon visage s'enfouit dans ton cou alors que mes bras enlacèrent ta taille. Tu restas un instant, les bras ballant puis tu concédas enfin à répondre à mon étreinte.

 

- Tu dois partir... Finis-tu par dire alors que tes bras me serraient fort contre toi.

- Non... J'en suis incapable... Murmurais-je, la voix triste.

- Je vais mourir Owen, et il n'y a plus rien à faire...

 

Je ne répondis pas, me contentant de raffermir mon étreinte autour de toi. Je ne pouvais pas imaginer ma vie sans toi Noah. Pas maintenant...

 

« Je suis amoureux de toi Noah. Totalement et désespérément amoureux de toi. Et je crois que je t'aimerais toute ma vie... »

 

partager

Déposez un commentaire !

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.
Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (54.163.72.86) pour vous identifier.     


4 commentaire(s)

  • mailynn2 mer. 28 nov. 2012 13:26
    Oui... Je pense qu'il vaut mieux... Moi en tout cas, en écrivant ces derniers chapitres, je n'ai pas pu retenir quelques larmes ( bon ok... Un océan de larme)

  • Eyme

    mer. 28 nov. 2012 11:29

    L'avant dernier, déjà?!
    Je crois aussi que je vais sortir les mouchoirs pour le prochain.
    A bientôt

  • mailynn2 lun. 26 nov. 2012 20:31
    Looool je crois aussi ^^ Merci à toi de continuer à me lire ^^

  • Ayano mailto

    lun. 26 nov. 2012 18:54

    J'ai pas eu le temps de finir de lire le chapitre 22 que le 23 était déjà en ligne ça m'aura éviter de me torturer l'esprit sur la suite mais je crois que le prochain chapitre je pourrai sortir les mouchoirs .
    Bonne continuation,
    Ayano.


Accueil | PC | PS3 | 360 | Wii | 3DS | DS | PSP | IPHONE | Web |
Jeux du moment : Battlefield 3 PC | Battlefield 3 PS3 | Minecraft 360 | FIFA 12 Wii | FIFA 12 DS
ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à mailynn2

Vous devez être connecté pour ajouter mailynn2 à vos amis

 
Créer un blog